jeudi 28 août 2008

Elle est tiote mais terrible!!!!...J'in bré incor....

Dans le fin fond du ch'ti land, un agriculteur voit un jeune boire l'eau du ruisseau:

" - é min garchon, teu n'do nin bore l'ieau de chel'becque, les vaques, el'z'ont kié d'din !
- excusez moi monsieur mais je suis Parisien et je ne comprends pas le patois
- bois doucement, elle est froide..."

mercredi 27 août 2008

wallpaper 1440 x 900 : atterrissage en douceur


Wallpaper 1440 x 900 : bleu de Flandre

Accordons nous un peu de félicité d'un été ensoleillé (pas cette année, on sait!) et d'un ciel bleu intense à Esquelbecq, aux nuées à peine voilées... De quoi mettre du soleil sur vos écrans.

wallpaper 1440 x 900 : Bergues by night


Et la nuit recouvre de ses ailes sombres le mont saint-Winoc, laissant le vent bruisser dans les ramures.

wallpaper 1440 x 900 : Brueghel en vue !


Et un petit tour par Bergues, arrêt conseillé au Brueghel, la plus vieille maison de la ville devenue célébre avec "Bienvenue chez les ch'tis" et restaurant exceptionnel par ailleurs...

survol...


Curieux moment où les biplans de la patrouille Guinot et ses skydancers, charmantes demoiselles évoluant sur leurs ailes, passent au dessus de Dunkerque, rappellant à la cité quelques sombres d'une guerre passée il y a quatrevingt-dix années...

Douai, deuxième ville de Flandre

N'en déplaise à certains, Sanderus le disait bien avant moi...


«DOUAY DE TWEEDE STAD VAN FRANSCH VLAANDRE
Douay de tweede Stad van Fransch-Vlaandre, (...) is zeer groot, en zeer oud.
Voor het overige is de Stad Douay tegenwoordig groot in haaren omtrek, en op een vlakken en waterachtigen grond gelegen. Haare gedaante is meer langwerpig dan rond, en zy word omringt met een Muur van gebakken steen, die van tusschenwydte tot tusschenwydte met toorens versiert is; doch deze toorens waren voormals, wanneer de meeste derzelve met hoogen Daken pronkten, veel fraaier als tegen woordig. De Muur word over al met een,dubbele Gracht vol water, omvangen, en dus ontbreekt’er niets aan de sterkte der Stad. De Rivier de Scarpe vloeit zachtjes daar door, ten zy ze door den Regen gezwollen is, zy is diep en breed, en kan zwaare schepen draagen; (...) Tot gemak der Inwoonders ziet men op verscheide plaatzen springende Fonteinen, waar van die van S. Maurontuis de voornaamste is...(...)
Onder de gebouwen dezer Stad ziet men twee zeer oude en zeer fraaie Kerken die van S. Peter, en S. Aniletus toegewyd, en aan Kanonniken toegevoegt zyn; Zes Kerspel-kerken, twee Benedictyners Kloosters, war van het eene door Monniken, en het andere door Nonnen, bewoont word, Het Klooster van S. Joris, het welk voor de Engelschen gesticht is; eene Priory behoorende onder het Klooster van Anchin; eene Abdye van Bernardyner-Nonnen, en eene andere van Augustyner-Nonnen, en de Kloosters der Trinitarissen, Preekheeren, Minderbroeders, Engelsche
Franciscaner-Monniken, Jezuiten, Kapusynen, Ongeschoeide Karmelyten, Tempelieren (deze Plaats is aan de Augustyner-Monniken gegeven,) Grauwe-Zusters, en Klarisser-Nonnen, behalven eenigeGast-en Godshuizen voor zieken, Vreemdelingen, en oude Luiden. Doch het voornaamste van allen is het Paleis van S. Vaast, het Welk Koningen en Prinsen pleegt te herbergen
Het Raadhuis pronkt met een schoonen Gevel, doch de Tooren die ‘er op staat, is noog fraaier, voornamelyk by den Top dewelke zeer konstig is van gebouw, en met een Uurwerk versiert; wordende nog zeer veele andere prachtige Huizen alhier gezien, waar in de Edellieden woonen, of zich op zekere tyden des jaars onthouden.."
et pour les Flamands gallicants:

«DOUAI, LA DEUXIEME VILLE DE FLANDRE FRANCAISE
Douai, la deuxième ville de Flandre française (...) est très grande et très ancienne.
Au reste la ville de Douai a aujourd’hui un gros pourtour et est située sur un territoire plat et aqueux. Sa forme est plus ovale que ronde et elle est entourée d’un mur de briques qui est paré de tours de part en part. Pourtant ces tours étaient autrefois, lorsque la plupart d’entre elles avaient de hauts toits, beaucoup plus belles qu’à présent.
Le mur est entouré d’un double fossé empli d’eau et il ne manque donc rien à la fortification de la cité. La rivière de la Scarpe la traverse doucement, sauf lorsqu’elle est grossie par la pluie; elle est profonde et large et peut porter de lourds bateaux.
Pour le plaisir des habitants, l’on voit en différents endroits jaillir des fontaines dont celle de St-Mauronte (Maurand) est la principale.
Parmi les bâtiments de la cité, l’on voit deux très vieilles et belles églises consacrées à St-Pierre et à St Anilet et confiées à des chanoines, six églises (...) deux monastères bénédictins, dont l’un habité par des moines, l’autre par des nonnes, un prieuré appartenant au monastère d’Anchin; une abbaye de Bernardines et une autre d’Augustines, les monastères des Trinitaires, Prêcheurs, Frères mineurs, Franciscains Anglais, Jésuites, Capucins, Carmes déchaussés, Templiers (cet endroit est donné aux Augustines), sœurs grises et Clarisses, outre quelques hospices et maisons de charité pour les malades étrangers et vieilles gens. Le premier de tous est cependant le Palais St. Vaast, où l’on s’emploie à héberger les Rois et les Princes. L’Hôtel de ville s’orne d’un beau pignon, cependant la tour qui le flanque est encore plus belle, surtout de par son sommet qui est très ouvragé et orné d’une horloge; évoquons encore les très nombreuses magnifiques maisons ici vues, où les patriciens demeurent, même s’ils s’en absentent à certaines périodes de l’année...»

Flandre... je dis ton nom !

"De Naam van Franch-Vlaandre woord aan dit Gewest gegeven, vermits zyne Ingezetenen, eenige weinige Bewoonders aan de Leie uitgezondert, de Fransche Tall spreeken.
De geheele Landstreek begrypt voor het overige drie groote, en vier kleine Steden; namelyk Rijssel, Douay, en Orchies; Armentiers, Komines, Bassé, en Lannoy, alsmede omtrent hondert en zeventig Dorpen en Buurten; zeer veele Kasteelen en Lufthuizen van Edellieden, en eenige Kloosters."
Voici en substance la définition que le Chanoine Sanderus donne de la Flandre dans sa Flandria Illustrata...


"Le nom de Flandre française est donné à ce territoire, en raison de ce que ses autochtones, à l'exception de quelques uns des riverains de la Lys, parlent la langue française.
L'ensemble de cette région comprend trois grandes cités et quatre petites, à savoir Lille, Douai et Orchies; Armentières, Comines, La Bassée et Lannoy, ainsi qu'environ 170 villages et hameaux, de très nombreux châteaux et demeures de gentilshommes, et quelques monastères."

souvenirs d'en mer

Et remorqué, le trois-mats glisse lentement le long du chenal, salue le phare du Risban qui se dresse à l'emplacement de l'ancien fort de Vauban, passe tranquillement le long des quais avant d'aller s'amarrer dans une des darses et attendre les dockers par dizaines fouiller ses flancs pour le décharger... Le port dunkerquois aujourd'hui est silencieux, il ne bruisse plus des hommes venus à la vacation, il est vide du bruit des trains qui crissent sur les rails, des chaines qui s'entrechoquent, du chant des grues, du ronronnement des machines... Nul cri, nul bruit, hormis les chants des mouettes et des goëlands qui disputent les quais aux bancs de cormorans... Le port s'est endormi, les grands navires, gigantesques monolithes flottants, ne restent que peu de jours. Les vider, les emplir, des opérations rapides et les marins de ne plus descendre en ville. Fini d'entendre ces accents étrangers, morte l'animation des bars à matelots... Le port est loin à l'ouest, à l'est que reste-t-il si ce n'est l'extension du port de plaisance qui fait sombrer dans l'oubli les années de sueur, les décennies de travail, les semaines de lutte syndicale... Port, tu n'es qu'un souvenir...

les Anciens se souviennent d'un temps

Enfant, lorsque l'humble rédacteur de ce blog cotoyait de nombreuses personnes âgées en séjour au château de Dadizeele (ah ces belles années-là, les meilleures...), il entendait les chansons qui traversaient le temps, les chants patriotiques que ces "vieux-là" avaient appris sur les bancs de l'école, les "frous-frous", les "roses blanches" et parfois, entre eux, ils évoquaient leur jeunesse enfuie. La vie dure des vendeuses de Pois du Petit-Fort qui venaient à pied les vendre à Dunkerque, les femmes de marins qui attendaient le retour des hommes, priaient pendant la tempête, attendaient que reviennent les goelettes des Islandais, les enfances perdues à l'usine ou sur les chantiers, les années de privation, les années de guerre... Et de dire qu'à l'époque, il y avait beaucoup de petits boulots, mais que les petits boulots, tout le monde pouvait en avoir, qu'il s'agisse de louer ses bras ou de pousser le filet sur l'estran pour pecher la crevette grise dont l'oduer de marée emplissait le quartier pendant qu'on les cuisait et qui parfumaient les doigts quand il fallait passer sa journée à décortiquer ces minuscules crustacés...

souvenirs d'un temps lointain

Souvenir d'un temps lointain où les Bazennes avaient une place dans la société, où les pêcheurs, inlassables laboureurs de la mer, emplissaient le port de leurs bateaux et où les vergues encombraient le ciel... Aujourd'hui à Dunkerque, ils ne sont plus que huit patrons-pêcheurs, étranglés. Que l'on protège les ressources halieutiques est une nécessité mais pourquoi persister dans le refus d'une aide véritable au lieu de les acculer au désespoir. Veut on les réduire à la mendicité?

mardi 26 août 2008

Marcq-en-Baroeul : Les fouilles se terminent sur le futur site de Domyos

Suite à la découverte de vestiges gallo-romains sur le futur site du complexe Domyos, à Marcq-en-Baroeul, un chantier archéologique avait été lancé. Confiées à la société Archéopole, les fouilles se sont terminées hier matin.


Mission accomplie pour les huit archéologues d'Archéopole, une entreprise marcquoise spécialisée dans l'étude et la valorisation du patrimoine historique et archéologique. mandatée par l'INRAP (l'Institut national des recherches archéologiques préventives). L'équipe a mis à jour les vestiges gallo-romains. «Nous avons découvert les fondations de bâtiments sur pilotis, ainsi que des fosses de rejets. Nous avons notamment trouvé des morceaux de céramiques et autres accessoires », explique Delphine Cense, responsable de l'équipe d'Archéopole.

Le site de fouilles se trouve sur le chantier du futur complexe Domyos (marque du groupe Décathlon dédiée au fitness, à la musculation et aux sports de combat, qui construit son siège international à Marcq-en-Baroeul). Avant la construction, l'étude du sol a révélé un potentiel archéologique important.
L'INRAP a donc décidé de lancer un chantier préventif. Et l'appel d'offres a été remporté par la société Archéopole.
Comment se sont déroulées les fouilles ? «Nous avons d'abord dégagé les trente centimètres de terre qui recouvraient le site à l'aide d'une pelle mécanique, afin de dégager les vestiges. Grâce aux relevés topographiques, nous avons découvert d'anciennes fondations, construites entre le Ie r siècle avant JC et le IIe siècle de notre ère », explique Delphine Cense.
Débuté le 30 mars, le travail de terrain s'est achevé hier matin. Place maintenant au travail de laboratoire, afin d'étudier les pièces retrouvées et de reconstituer les céramiques, ceci afin de dater l'ensemble plus précisément. •
G. D.



in LA VOIX DU NORD, édition métropole du 26 août 2008

lundi 25 août 2008

developpement durable à la dunkerquoise

Dunkerque se veut une ville pionnière dans le développement durable (pour preuve les maisons hideuses qui sortent de terre au Chantier du Grand Large dans les Anciens Chantiers de France, c'est HQE , Haute Qualité Environnementale mais pas Haute Qualité Esthétique !). Aussi, le mode de déplacement des agents est il en train de changer... Il est pas beau son skateboard?

avec toutes mes excuses


A ceux qui s'étonnent du ralentissement d'Histoires du Nord, toutes mes excuses mais ... difficile d'aller faire des photos avec ce temps, du soleil seulement le 15 août. On baigne dans le gris avant, on surnage dans le gris après... et pendant ce temps-là, on se rabat sur la télé... Pas top cet été ! Finalement, on n'a pas vu l'été, ça permettra d'entrer dans l'hiver sans regrets... Réchauffement climatique, mon c... !

mardi 19 août 2008

le plan anti-canicule inutile


Amèrement, comme vous êtes en congès, le soleil n'est même pas de la partie. Un ciel plombé, bas et triste recouvre les Pays-Bas Français. Encore une saison qui ne va pas remonter le moral ni la perception qu'ont les "extérieurs" de la région. Aussi, il fait en convenir, le plan anti-canicule sera inutile cette année... Mais la journée de "corvée royale", elle, restera encore... C'est beau, le provisoire qui dure !

samedi 16 août 2008

15 août sous le soleil....


Il était temps de profiter au moins d'un jour d'été, plutôt aux abonnés absents ces derniers jours... Alors partageons un peu de la couleur et de la lumière salvatrices.

vendredi 15 août 2008

L'épopée de la Brigade Navale.

de la revue 'l'Illustration' No. 3761, 3 avril 1915
par Emile Vedel

Les Fusiliers Marins à Dixmude

Dans la seconde quinzaine d'août, alors que les nouvelles de Belgique commençaient à devenir mauvaises, les Parisiens eurent la surprise de voir leurs principales rues gardées par des marins. Venus pour coopérer à la défense éventuelle de la place, on les avait provisoirement chargés d'y maintenir l'ordre, c'était avec condescendance et bonhomie que les sergents de ville les initiaient aux lentes promenades et stations que comporte le métier. Les uns réservistes, anciens chauffeurs ou mécaniciens de la flotte, provenaient de centres industriels importants, et ne dissimulaient pas leur satisfaction de se retrouver sur le pavé d'une grande ville. Les autres, au contraire, étaient de jeunes marins levés avec la dernière classe, longs-courriers, pêcheurs ou caboteurs aux yeux candides dans des visages imberbes, qui s'ennuyaient déjà de ne plus apercevoir la mer au bout de chaque avenue. Ils roulaient en marchant, et ne savaient surtout quoi faire de leurs pauvres bras ballants. Mais bientôt cols bleus et vareuses disparurent sous de grandes capotes; des cartouchières pleines vinrent alourdir les ceinturons, tandis que; l'épée-baïonnette se mettait à battre plus sec contre les mollets guêtrés de cuir. Tout en veillant sur la capitale, nos matelots se transformaient peu à peu en soldats.

Aux survivants de l'année terrible, leur présence rappelait le siège: le Bourget, où les fusiliers-marins, commandés par le capitaine de frégate Lamothe-Thenet, avaient si bien bousculé la garde royale prussienne; le plateau d'Avron, sur lequel les eanonniers de l'amiral Saisset accomplirent des prodiges d'héroïsme et d'adresse; la fameuse «Joséphine», une pièce de 190 de marine, géante pour ce temps-là, que l'on avait hissée tout en haut de Montmartre d'où elle réduisit au silence plus d'une batterie allemande; la canonnière la Farcy, les gabiers qui montaient les ballons, et tant d'autres... Est-ce que, par hasard, nous allions revoir les sombres jours que l'apparition des bérets à pompons rouges ramenait à la mémoire de tous?

Non! La France, cette fois, n'avait pas attendu qu'il fût trop tard pour faire le suprême effort. Endormie par la captieuse chanson des amants de la paix à tout prix, il suffit que fût déferlée l'affiche du grand branle-bas de combat, pour qu'elle sortît de son dangereux sommeil. Et, instantanément, elle fut debout, tout entière, à commencer par ceux qui, la veille, criaient le plus fort: «A bas l'armée!» Une France que nul ne soupçonnait, elle-même moins que quiconque, calme, résolue, à la hauteur de tous les périls qui fondaient sur elle. Plus de divisions politiques, plus seulement de classes: la fraternité sous les armes, réalisée dès l'embarquement des partants dans les trains de mobilisation, et imposant au reste l'union sacrée de toutes les volontés. Malgré quoi il nous fallut céder d'abord, sous la pression des masses par trop énormes, tenues toutes prêtes à se jeter sur un pays dont le plus grand tort était de ne pas croire à la guerre. Mais nos admirables troupes ne reculaient que pour prendre du champ, et faire tête au bon endroit. Pendant que, sur leurs talons, se ruaient deux millions et demi d'Allemands qui hurlaient à la déroute et à la mort, les nôtres marchaient à la victoire de la Marne. Car, toujours et partout, le dernier mot reste aux forces morales les mieux trempées, - et personne ne se doutait de celles que nous tenions en réserve. En attendant, Paris se préparait fiévreusement à recevoir l'ennemi...

Depuis le débarquement de la première compagnie de fusiliers-marins, il n'avait cessé d'en arriver de nouvelles, provenant des différents ports militaires, de Brest et de Lorient principalement. A la fin du mois d'août, elles formaient deux régiments à trois bataillons chacun, soit un total d'environ 6.000 hommes. Et je ne parle pas ici des canonniers de la flotte qui vinrent armer certains forts des environs, où il fallut réaliser de véritables tours de force pour être prêts à tirer dans le délai fixé. Pas davantage de la flottille organisée sur la Seine, non plus que des sections d'autocanons, automitrailleuses et autoprojecteurs, tout cela monté par nos mathurins, et sorti comme par enchantement du Grand Palais des Champs-Elysées, devenu leur quartier général. Car l'aris, qui a toujours eu un faible pour eux, n'avait rien trouvé de trop beau pour les loger.

Le meilleur moyen de défendre une place consistant à en écarter l'adversaire, l'armée du camp retranché fut envoyée au-devant de celle de von Kluck, qu'elle battit sur les bords de l'Oureq. Un détail, peu connu, mais caractéristique de la prévoyance allemande: leur horde de tête comprenait tous les «directeurs» des grands hôtels parisiens, concierges, polyglottes, garçons de restaurants, commis et autres espions déguisés qui pullulaient chez nous jusqu'à la veille de la guerre. Ils devaient guider les cambrioleurs à casque pointu dans leurs opérations de déménagement, et avaient même préparé des fiches indiquant ce qu'il ne fallait pas oublier d'emporter, ainsi que la rançon à exiger des principaux habitants. J'ignore s'il existait également une liste des femmes et des enfants à égorger; mais, comme on le voit, rien n'avait été oublié pour rendre aussi fructueux que possible le grand pillage auquel le Kaiser devait présider en personne. Malheureusement pour lui, entre la coupe et les lèvres, se dressa... l'armée de Paris. Les deux régiments de marine, qui en faisaient partie, avaient quitté le Grand Palais dans la matinée du 2 septembre. Pas encore assez entraînés pour être exposés en première ligne, ils formaient réserve dans le secteur Nord-Est de la défense. Dès le lendemain, ils creusaient des tranchées autour du fort de Gonesse, et y passaient les journées suivantes, attendant l'ennemi à tout moment. On sait pourquoi il ne vint pas. Aussi, le 9 au soir, la brigade navale fut-elle replacée en cantonnements dans la banlieue, où elle acheva de s'organiser.
Car ces 5000 hommes de mer, qui se trouvaient réunis pour la première fois de leur vie, étaient presque complètement étrangers aux choses militaires. Inexercés à la marche, beaucoup n'avaient jamais tiré un coup de fusil, et la marine s'était vue dans l'impossibilité de leur fournir les objets de grand et de petit équipement dont elle-même n'était pas approvisionnée. Et le convoi! Il était composé de voitures de livraison de tous les commerces, portant les réclames les plus hétéroclites - par la suite on les peignit uniformément en gris - et attelés de bêtes rassemblées au petit bonheur, parmi lesquelles un malin hasard s'était complu à rapprocher chevaux entiers et juments. On devine les ruades et bousculades qui s'ensuivaient, surtout sous la conduite de cochers improvisés, beaucoup mieux préparés à mener une embarcation qu'un attelage. Et lorsque la caravane arrivait à la halte du soir, c'était un concert de hennissement qui empêchait tout le monde de dormir. Mais chacun y mit tellement du sien qu'au bout d'une quinzaine la brigade se trouva pourvue de tout le nécessaire. On parvint même à lui adjoindre un groupe de seize mitrailleuses. Par ailleurs, son instruction avait été poussée hâtivement, et elle possédait d'ores et déjà assez de cohésion pour être employée n'importe où et contre qui, comme elle n'allait pas tarder à le montrer.

Le 7 octobre, sept trains partis de Saint-Denis et de Villetaneuse emportaient nos matelots, enfin expédiés au front. Et trois jours plus tard, ces hommes, habitués à vivre nu-pieds sur le pont de leurs bateaux, fournissaient des étapes de 30 et 40 kilomètres, après avoir, pour leurs débuts, tenu tête aux meilleures troupes allemandes! En dehors de l'ardeur vraiment patriotique qu'ils déployèrent pour se mettre le plus vite possible à la hauteur de leurs nouveaux devoirs, il faut rapporter tout le mérite d'un pareil résultat aux efforts surhumains de leurs officiers, à commencer par le contre-amiral Ronarc'h. Car - c'est bien le cas de le dire - tel chef, tels soldats. Et je m'en voudrais de changer un seul mot au portrait que me traçait de lui un de ses jeunes lieutenants: «Taille moyenne, mais bien prise. Une tête énergique sur un corps solidement muselé. Actif et résolu. Breton dans toute l'acception du terme, y compris la légendaire opiniâtreté. Exigeant des autres autant qu'il est prêt à donner lui-même, quoique plus sensible à leurs fatigues qu'aux siennes propres. Appelle le mot éternellement vrai, que l'homme de guerre vaut surtout par le caractère.» Mais les entraîneurs directs de la brigade furent plus spécialement les lieutenants de vaisseaux, capitaines des com- pagnies qui, heureusement, avaient presque tous passé par le bataillon-école de Lorient. Leur infatigable dévouement reste au-dessus de tout éloge, comme l'exemple qu'ils donnèrent sans marchander.

Ce n'est plus un secret pour personne que les Anglais et nous avons tenté l'impossible afin de secourir Anvers. Or les fusiliers-marins devaient se joindre aux forces que nous concentrions à cet effet dans la région de Dunkerque. Mais aucun ciment armé, pas plus à Anvers qu'à Liège, Na-mur on Mnubeuge, ne se montra capable de résister aux monstrueux obusiers allemands de 420, non plus qu'aux canons autrichiens de 305, ceux-ci doués d'une portée supérieure à celle de nos batteries de forteresse qui, par suite, ne pouvaient même pas riposter. C'était la faillite du béton, amenant en très peu de jours la chute des places réputées les plus imprenables.

Quand la brigade navale entra en gare de Dunkerque, humant à pleines narines les senteurs familières de la marée, elle reçut avis de continuer directement sur Anvers. La nouvelle fut accueillie par un double cri, longuement répété, de: «Vive la France!» «Vive la Belgique!» Recevoir le baptême du feu à côté de nos sauveurs, les Belges, avec le roi Albert comme parrain et au son du plus fameux carillon qui soit au monde, le tout accompagné par une distribution de dragées de la taille de colles que jetaient les Allemands, il y avait, en effet, de quoi satisfaire les plus difficiles. Et voilà les deux régiments de marins roulant à travers la Belgique, acclamés partout, et demandant à chaque station où se trouve l'ennemi, avec lequel il leur tarde d'en venir aux mains.

«Nous devions d'abord nous arrêter à Dunkerque - écrit le quartier-maître fourrier M. F... - mais nous n'y étions pas depuis dix minutes qu'on nous faisait repartir. Et comme nous avons mis le cap à l'Est, j'en ai conclu que nous allions en Belgique. Le voyage s'est admirablement passé. A la petite gare de Noyelles, des dames «de la haute», avec de petits tabliers de dentelle, nous ont fait des tas de cadeaux. Exemple: j'ai eu un caleçon en laine, une bougie, des allumettes, du pain et une pomme, cinq cigarettes et deux sous. J'en suis resté baba, et la charmante jeune femme qui me les offrait encore bien plus, quand je lui eus baisé la maïn en lui disant que la faveur qu'elle m'accordait mettait le comble à ses gâteries, et que je pourrais me battre gaiement après le sourire d'une jolie Française. Et ces choses idiotes, il fallait voir le pauvre être ignoble qui les débitait, sale à faire honte à l'aveugle du pont roulant de Saint-Malo. Jci, en Belgique, nous sommes reçus à bras ouverts, mais en notre qualité de marins, un peu regardés comme des bêtes curieuses. Tout va bien et continuera d'aller pour le mieux, soyez-en sûrs. Mort aux Boches!»

A Gand, ordre de descendre, la voie étant coupée au delà. Anvers va capituler et les Allemands avancent en force par la ligne Bruxelles-Alost, pour essayer de prendre en flanc l'armée belge qui opère fièrement sa retraite sur Bruges, en laissant Gand à gauche. Mais si l'on veut sauver l'artillerie et les convois, c'est-à-dire de quoi continuer la lutte ailleurs, il faut arrêter l'ennemi pendant quarante-huit heures. Puisque voilà des marins qui tombent du ciel, on va les adjoindre aux troupes du général Clothen (Belge), chargées de faire digue et de tenir le temps nécessaire. La seule faveur qu'ils réclament est de se voir confier le poste le plus avancé, en extrême pointe sur les deux routes par où viendront les Allemands.

Le soir tombe, quand les premiers matelots descendent à Gand. C'est l'heure magique où les façades de ses délicieuses vieilles maisons se reflètent en violet dans les eaux vives qui courent partout, tandis que se mettent à rougeoyer leurs hauts pignons à escaliers. Alentour règne un horizon de velours vert, partout coupé de calmes rivières, et que tachettent les dernières floraisons d'automne. Plus loin, des fouillis de villages et de fermes cossues au milieu de bouquets d'arbres: toutes les magnificences par lesquelles le travail et l'art ont su embellir et varier une nature aussi grasse que monotone. Mais les arrivants n'ont pas loisir d'admirer. La seule chose qu'ils voient de la ville, c'est l'élan qui porte sa population tout entière au-devant d'eux, dont elle espère le salut. Ils annoncent qu'une division anglaise les suit, et les bonnes gens de Grand se reprennent à espérer, ne sachant comment assez bienvenir leurs défenseurs imprévus. Ceux-ci, qui continuent de débarquer pendant toute la nuit, sont logés n'importe où, pour passer les dernières heures de cette suprême veillée des armes.

Le lendemain matin, 9 octobre, la brigade effectue son rassemblement sur le champ de manœuvres de Ledeberg, situé dans le Sud-Est de la ville. Après quoi, déjeuner hâtif, pendant lequel on vient prévenir que les avant-gardes ennemies ont franchi la Dendre, et peuvent déboucher d'une minute à l'autre. Les deux régiments sont immédiatement envoyés: le premier sur la rive gauche de l'Escaut, en aval de la ville, pour barrer la route de Termônde; le deuxième, sur la rive droite, où il va occuper le front Gontrode-Quadrecht qui ferme, en amont de Melle, la route d'Alost. Ils y trouvent des tranchées toutes préparées et n'ont plus qu'à attendre l'ouverture du bal. C'est l'artillerie qui, de loin, commence le branle, et le même petit fourrier que tout à l'heure se hâte de griffonner quelques lignes à sa famille: «Je vous ai envoyé hier soir une lettre de Gand qui nous a fait un accueil émouvant d'enthousiasme. Je profite d'un repos en plein champ, pour vous envoyer toute ma tendresse sur cette carte, la dernière qui me reste de France. Quelle joie! Nous sommes déjà «pompettes» d'entendre le canon.» Et ils sont tous comme ça, en proie à cette sorte d'ivresse que l'approche du danger inspire aux vrais braves...

Ce fut la 1(tm) compagnie du 2e bataillon (2e régiment) qui eut l'étrenne des Allemands. Déployée entre Gontrode et Quadrecht, elle tint bon jusqu'au moment où de grosses pertes - dont son capitaine, le lieutenant de vaisseau Le Douget, un des premiers tués de la brigade - l'obligèrent à se replier sur la ligne de chemin de fer de Gand à Audenarde. Là, elle s'établit solidement, contre le remblai de la voie, et renforcée du 3e bataillon, repousse toutes les attaques de l'ennemi qui, surpris d'une pareille résistance, fait mine de se retirer vers le soir, en abandonnant plusieurs, centaines de cadavres sur le terrain. Ce n'est bien entendu que pour revenir un peu plus tard et beaucoup plus nombreux. Seulement cette fois, profitant de là nuit noire, les Allemands essayent de se présenter en amis: «Ne tirez pas, disent-ils, nous sommes des Anglais.» Comme les nôtres ne sont pas encore au fait de leurs ruses diaboliques, ils éprouvent quelque hésitation: «Envoyez-nous quelqu'un», leur répond le commandant Mauros. Et, personne ne se présentant, le feu est ouvert. Il n'était que temps. Déjà ils ont réussi à surprendre un quartier-maître mécanicien qu'ils assomment à coups de crosse, parce qu'il refuse de crier à ses camarades de ne pas tirer. Le quartier-maître devint par la suite le héros d'une véritable odyssée que nous ne résistons pas au plaisir de résumer en quelques mots. Conduit devant un officier supérieur bavarois (c'était à un corps de sa nation que nos marins avaient affaire) et interrogé sur nos forces, avec menace' d'être fusillé s'il ne s'exécutait pas, il regarda l'officier bien en face et lui demanda: «Et vous, si vous étiez prisonnier, et qu'on vous posât la même question, est-ce que vous répondriez!» L'autre fut désarmé par cette fière présence d'esprit: «Tu es un brave», fit-il en lui tapant sur l'épaule, et il l'envoya à l'hôpital dans une grande ville belge, où d'héroïques bonnes sœurs risquèrent tout pour lui fournir un déguisement sous lequel notre homme parvint à gagner Anvers d'abord, puis la Hollande. De là il rentra en France et n'eut rien de plus pressé que de retourner sur le front. On comprendra pourquoi nous nous abstenons de le désigner, non plus que les religieuses qui l'ont fait évader. Si nous le connaissions, nous nous garderions encore davantage de citer le nom de l'officier bavarois, par crainte de le desservir auprès de chefs qui ne lui pardonneraient certainement pas de ne pas avoir achevé un blessé quand il se refusait de trahir son pays.

La fusillade dura toute la nuit, accompagnée par le grondement de l'artillerie belge, établie près de Meirelbeke, qui répondait aux batteries ennemies. Dans le lointain s'allumaient des lueurs sinistres: fermes incendiées, Allemands brûlant leurs morts, meules se mettant à flamber comme des torches. Et, inlassablement, à rangs serrés, compagnies après compagnies, les Bavarois montaient à l'assaut de nos tranchées. Quand ils n'étaient plus qu'à 10 mètres, les marins sortaient, chargeaient à la baïonnette, et rentraient jusqu'à la prochaine alerte. C'étaient de vraies luttes héroïques, où les apostrophes ne manquaient même pas, d'effroyables corps à corps dans lesquels on ne faisait ni quartier ni prisonniers: enfin, la mêlée qu'a si tragiquement rendue M. Charles Fouqueray. Mieux que n'importe quels mots, ses saisissants dessins rendent l'horreur de tout cela, en même temps que la toujours fière désinvolture de nos marins. Au petit jour, l'attaque ayant cessé, ordre fut reçu de réoccuper Gontrode, résultat que l'on obtint presque sans coup férir, tellement l'ennemi était las. En avançant, nos hommes trouvèrent entre autres morts un officier bavarois, à demi dévoré par les porcs. C'était le même que, la veille au soir, le Dr Castang (de la marine) avait été soigner au péril de sa vie, ce dont les Allemands avaient immédiatement pris avantage pour tirer sur lui.

Entre temps, une division anglaise débarquait à Gand, et envoyait au fur et à mesure des renforts sur la ligne qu'occupait notre 1er régiment, de l'autre bord de l'Escaut. On y redoutait un mouvement tournant qui eût mis en péril la retraite de l'armée belge, alors en pleine marche sur Eecloo. Mais nos adversaires avaient des moyens d'informations dont nous manquions. Un Taube d'abord, puis une automitrailleuse, opérèrent des reconnaissances complétées par des espions soi-disant belges. Voyant leur manœuvre déjouée, ils se rabattirent du côté où nous étions restés les plus faibles. Attaqués avec plus de violence que jamais, les fusiliers-marins du 2e régiment furent contraints d'évacuer Gontrode pour la seconde fois, et de se rabattre sur la voie ferrée, comme le soir précédent. Ils y étaient à peine quand se leva une brume qui faillit leur devenir fatale, en permettant aux Allemands de s'approcher sans être signalés. On perçut, heureusement, le coup de sifflet d'un de leurs sous-officiers, et quand ils escaladèrent le talus du chemin de fer, précédés par une espèce de géant roux, ils furent reçus par une décharge à bout portant qui les faucha comme blé mûr. Dans leur épouvante, ils firent des marins une nouvelle espèce de diables, les «diables bleus», à ajouter aux «diables noirs» déjà représentés par nos incomparables chasseurs, et le reste de la nuit se passa un peu plus tranquillement. Ils n'avaient qu'à attendre d'être cent contre un, ce qui ne tarderait pas, maintenant qu'ils pouvaient disposer de toutes les forces précédemment retenues autour d'Anvers.

Mais nous avions atteint notre but. L'armée belge était désormais sauve, et cela, on ne le dira jamais assez haut, grâce à nos braves petits matelots qui, pour leur coup d'essai, venaient d'arrêter 50.000 Allemands en marche, et de les tenir en respect aussi longtemps qu'il le fallut. Par ailleurs, les troupes rassemblées autour de Gand ne formaient plus qu'un îlot complètement isolé, tandis que la marée ennemie gagnait sur les deux rives de l'Escaut, menaçant de tout envelopper. En ce qui concernait plus spécialement la brigade navale, il allait y avoir deux jours et deux nuits qu'elle se battait sans trêve ni relâche, sans dormir et ne trouvant même pas le temps de manger. Pour toutes ces raisons, le 11 octobre au matin, il fut décidé que la retraite s'opérerait à la faveur de la nuit, et qu'elle serait commencée par les fusiliers-marins, que des Anglais viendraient relever afin de permettre leur «décrochage».

A 6 h. 1/2 du soir, nos matelots traversèrent Gand, anxieusement rogés par les habitants, auxquels on n'osait pas dire la vérité. Comi eût mieux fait, pourtant! Et non seulement là, mais partout où, confiants que les Allemands respecteraient les lois les plus sacrées de la guerre, nous leur abandonnâmes de malheureuses populations auxquelles ils allaient faire renouer connaissance avec toutes les barbaries oubliées depuis des siècles, pillage à blanc, destructions systé- ' matiques, incendie, viol, massacres en foule, abominables persécutions et cruautés les plus atroces, - en un mot, l'infernal aboutissement de la fameuse Kultur germanique... Mais on ne savait pas encore de quoi elle était capable, et c'était avec l'insouciance propre aux gens de mer que les nôtres quittaient la Venise de l'Escaut.

Aux portés, deux rangées d'hommes allongés coude à coude les mettent en joue. C'est l'arrière-garde anglaise qui les prend pour des Allemands, erreur reconnue à temps. Puis, la vaste plaine. Une nuit de rêve dans un paysage à la Kodenbach. Des eaux fuligineuses monte une brume fantastique, dont les écharpes blanches s'accrochent aux arbres. Avec cet étrange éclairage, tout prend des aspects inquiétants; surtout aux yeux d'hommes exténués qui marchent à demi endormis, pesamment chargés et le ventre vide. Us se dirigent sur Thielt, mais en passant par Aeltre, pour laisser la route aux atte- lages, et cela représente une première étape de 35 kilomètres qui sera vaillamment franchie dans la nuit, sans laisser un seul traînard. A Aeltre, où les deux régiments arrivent entre 7 et 9 heures du matin, on prend des cantonnements d'alerte, «quelques heures de repos dans de mauvaises granges, - inscrit le lieutenant de vaisseau Cantener sur son journal. On allait déjeuner, quand arrive l'ordre de rassemblement. Départ à midi, en abandonnant avec regrets l'omelette préparée. On déjeunera en chemin d'une boîte de conserve».

De Aeltre à Thielt, 20 kilomètres de route pavée, sous de grands beaux arbres. De chaque côté, fermes et riches cultures forment un tableau dans le genre de ceux où Van der Meulen a peint les guerres de Louis XIV en Flandre. Arrivée à 4 heures du soir, en même temps que la 7e division anglaise. Celle-ci salue avec admiration notre intrépide brigade navale qui, après quarante-huit heures de combat, succédant à deux jours de voyage, vient de couvrir 55 kilomètres en vingt heures. Grand remue-ménage, bien on le pense, dans cette petite ville où se trouvent rassemblés quelque 40.000 ou 50.000 hommes de toutes armes comme de toutes nationalités, et que traversent d'interminables files de batteries d'artillerie, d'escadrons de cavalerie, d'émigfants, de convois et d'automobiles. Une malheureuse créature est poursuivie par la foule, qui veut l'écharper. L'un de nos officiers s'interpose et découvre en elle une sœur converse des Dames Assomp-tionnistes que le peu d'agréments de sa personne et un costume dénué de la moindre coquetterie avaient fait prendre pour un espion allemand déguisé en femme. Le lendemain matin, 13 octobre, on se sépare. Les Anglais descendent sur Yp'res en passant par Roulers, où ils se battront avec acharnement. Nos marins filent vers Thourout, et y entrent au soir, sous une pluie diluvienne. La, ils ont l'insigne honneur d'être placés sous les ordres immédiats de S. M. le roi des Belges.

Va-t-on essayer de sauver Osténde, et pour cela faire tête sur le front: marais de Ghistelles - bois de Wynendaele - Cortemarck - Staden - Menin? Il en est question, et, après une; nuit de repos largement gagné, les fusiliers-marins se portent à l'Ouest de Peereboom, pour s'y organiser défensivement, en formation articulée. On leur adjoint un groupe d'artillerie belge (commandant Ponthus) qui ne les quittera pas de longtemps. Mais, à minuit, décision est prise de se replier derrière l'Yser, dont la ligne offre un meilleur point d'appui. Le mouvement commence vers 4 heures du matin, le 15, par des routes de plus en plus encombrées. Itinéraire: Werken, Eessen, Dixmude, que l'on atteint un peu avant midi. Les Allemands nous suivent à vingt-quatre heures près, ayant couché le 13 à Thielt et le 14 à Thourout. Ils vont arriver en colonnes profondes, déterminés à conquérir Calais, la mer, Paris, l'Angleterre, que sait-on d'autre? L'ambition de leur Kaiser ne connaît plus de bornes! Mais s'ils ont l'avantage du nombre et la supériorité de l'armement, il nous reste l'invincible résolution que les outrages accumulés, la moins justifiée des agressions et la perspective d'être brutalement spoliés de tout mettent au cœur des plus pacifiques. L'ordre est de tenir coûte que coûte. Pour la brigade navale en particulier, qui sera encore l'héroïne de cette nouvelle fête, il s'agit de garder à tout prix, mais cette fois pendant quatre jours, la gare de Dixmude par où doit s'écouler tout le matériel provenant d'Anvers. C'est là que se déroulera le second chant de son épopée. Et pour en finir avec le premier, inscrivons ici le nom qu'il portera dans l'histoire, celui de Melle, la jolie petite ville dentellière autour de laquelle se sont livrés les combats que nous venons de relater sommairement. Ce nom désormais fameux, il est d'ailleurs plus que probable que nous aurons incessamment occasion de le lire, doré en or éblouissant, sur le bel étendard tout neuf de nos marins, où il voisinera avec ceux de Dixmude et de Nieuport, en attendant mieux.
de la revue 'l'Illustration' No. 3763, 17 avril 1915
par Emile Vedel
II - La Défense de Dixmude
Dixmude est - ou était plutôt, car il n'en reste qu'un monceau de décombres - une paisible petite ville de 4.000 âmes. Jadis port mouvementé, quand l'Yser y creusait son estuaire (aujourd'hui reculé jusqu'à Nieuport), ensuite place de guerre, elle a connu des fortunes plus brillantes, avant de se voir réduite à la silencieuse quiétude d'un marché au beurre. De ce temps-là datent la Grand'Place, l'église Saint-Nicolas, célèbre par les merveilleuses ciselures d'un jubé où fleurissent toutes les mignardises de la Renaissance, et un béguinage blanc et rosé, mais d'un rosé délicieusement passé, près d'un pont rouillé qui se mire dans une eau dormante, entre des quais aux pierres disjointes et couvertes de saxifrages. Une vieille maison décorée d'ancres en fer forgé, à l'enseigne du Papegai (Perroquet), reste le seul souvenir de son passé maritime.

À part un faubourg, auquel la relie un pont-route, Dixmude est tout entière bâtie sur la rive droite de l'Yser canalisé, et dresse - je veux dire dressait - son beffroi gothique au centre d'une plaine basse et marécageuse, le schoore, que des centaines de petits fossés divisent en champs minuscules. Là dedans paissent les nombreux troupeaux, source du beurre tant vanté en Angletene. Abandonnées par leurs maîtres qui ont dû s'enfuir précipitamment devant l'invasion, les malheureuses bêtes erreront entre les Allemands et nous jusqu'à ce qu'elles aient été toutes mangées, et occasionneront plus d'une alerte nocturne. Quant à l'Yser, il roule ses flots limoneux entre deux digues surélevées, comme le sont aussi les chemins et villages du pays, afin de ne pas être submergés à la moindre averse. Peu d'arbres, sauf le long des routes, mais beaucoup de moulins. Chose curieuse, leurs ailes se remettront à tourner après l'exode des meuniers, et cela chaque fois que nos marins esquisseront un mouvement quelconque. Car, des espions, l'ennemi a trouvé le moyen d'en avoir partout. A quelques centaines de mètres dans le Sud de Dixmude est le cimetière, où nous serons obligés de nous retrancher. Il s'y passera des scènes dignes de iigurer dans une nouvelle Danse Macabre; entre autres lorsqu'une «marmite» déterrera le cercueil .d'une jeune fille, dont les marins horrifiés verront sauter le pauvre corps en pleine décomposition...


Tel est le cadre dans lequel va se jouer la première partie de l'interminable bataille des Flandres, qui dure encore. L'enjeu: Calais, que les Boches espèrent bien prendre après Anvers, et où l'empereur Guillaume se tient prêt à faire une entrée triomphale, comme à Paris, puis à Nancy, plus tard à Varsovie... et partout avec le même succès. D'un côté, 250.000 Allemands qui arrivent à la façon du choléra, sous le commandement du prince de Wurtemberg. De l'autre, nous avons vu les Belges se replier d'Anvers sur Bruges, couverts par nos héroïques matelots, puis de Bruges sur l'Yser. L'armée du roi Albert en. occupe maintenant tout le cours inférieur, de Dixmude à la mer, que surveillent nos troupes. En amont, il y a de la cavalerie française, qui sera prochainement remplacée par une division territoriale, et plus loin, vers Ypres, les Anglais. Mais Dixmude reste le nœud de la position, à cause d'une gare où se croisent les lignes Ypres-Nieuport et Furnes-Grand.

C'est pourquoi on en confie la défense à la brigade navale, avec ordre de tenir coûte que coûte - le mot reviendra souvent dans ses fastes - pendant au moins quatre jours, le temps qu'arrivent des renforts. Aucun retranchement préparé. Comme artillerie, des pièces de campagne belges, incapables de riposter aux écrasantes batteries lourdes que les Allemands vont amener, et toujours à court de munitions, hélas! D'ailleurs ni avions, ni ballons captifs pour régler le tir, et absence complète de tout service de renseignements. La brigade belge du général Meyser, réduite à 5.000 hommes, coopérera efficacement à la résistance, il est vrai. Mais l'amiral Ronarc'h n'en aura pas moins un front de 7 kilomètres à garnir avec seulement six bataillons, alors que le double serait nécessaire. Ce qui n'empêchera pas ses marins d'y rester cramponnés trois semaines en plus des quatre jours demandés, et quand, diminués de moitié, ils devront évacuer la bicoque en ruines qui a fini par leur crouler sur le dos, ce ne sera que pour passer le pont et recommencer. Aussi le général Joffre les appellera-t-il sa «garde impériale» à lui, déclarant qu'il ne les céderait pas contre 20.000 n'importe quels autres.

«Jeudi 15 octobre. - Nous arrivons à Dixmude vers 9 h. 30 du matin, au milieu d'un encombrement indicible. Campé, pour déjeuner, dans un champ labouré et détrempé à la sortie Ouest de la ville, passé l'Yser. (Journal du lieutenant de vaisseau Cantener.) A midi nous traversons la ville en sens inverse pour établir, aux abords, des tranchées défensives. Le secteur Nord est dévolu au 3e bataillon du 1e régiment (commandant Rabot) et à ma 11e compagnie revient la portion comprise entre la route de Keyem et le canal d'Handzaëme (qui se jette dans l'Yser, à Dixmude même). Heureusement nous ne perdons pas de temps, car à peine nos tranchées sont-elles couvertes, à la chute du jour, que nous recevons une première volée de balles et de shrapnels.
"Vendredi 16. - Perfectionné nos tranchées. Les pauvres fermiers, dont nous occupons terres et granges, font en hâte leurs paquets et se sauvent. Nous avons déjà cuisiné leur basse-cour. C'est la dernière fois que nous payerons nos réquisitions. Nous ne trouverons plus ensuite que du bétail à l'abandon. Le soir, grosse attaque des Allemands. A 4 heures du matin, le docteur Chastang trouve un espion rôdant au fond d'un fossé qui longe nos lignes... J'ai bien regretté de ne pas l'avoir fait fusiller sur place, au lieu de le remettre à la gendarmerie belge qui le relâchera peut-être.» »

C'est ainsi que la brigade prit terre à Dixmude. L'amiral en partagea aussitôt la garde entre ses deux régiments: le premier, chargé de la zone située au Nord du diamètre Caeskerke-Dixmude-canal d'Handzaëme; le second, de la partie restant au Sud de la même ligne. Comme on vient de le voir, le plus pressé fut de creuser, à 500 mètres en avant de la ville, un demi-cercle de retranchements dont les deux extrémités s'appuyaient à l'Yser. La rive gauche du canal, également fortifiée, abritait réserves, artillerie, convoi, munitions, poste de commandement, et assurait la retraite. Les mitrailleuses du lieutenant de vaisseau Meynard, toujours traînées à bras par leurs infatigables servants, demeurèrent groupées au centre de la défense, prêtes à se porter où besoin s'en ferait sentir. En réalité, c'était presque uniquement avec des poitrines d'hommes qu'on allait barrer le passage aux Allemands, mais d'hommes accoutumés à braver la colère de tous les éléments.

Le 18, un général belge, à la silhouette mince et fière, passe rapidement en revue la garnison de Dixmude, alignée sur la chaussée en bordure du canal. C'est le roi Albert, roi de l'Yser comme Charles VII fut un temps celui de Bourges. Il est venu s'assurer que nous sommes prêts à repousser de nouveaux assauts, imminents et formidables. Mais l'ennemi trouve le morceau trop dur à entamer, et préfère tâter la ligne d'un autre côté, entre Leke et Beerst. Laissant leurs tranchées à la garde de la brigade belge, les marins courent au canon.

Le 2e régiment marche en tête, mené par son chef, le capitaine de vaisseau Varney, d'une bravoure qui demeurera proverbiale. L'avant-garde est formée par le bataillon Jeanniot, qu'éclairent des goumiers dont les grands manteaux rouges et les petits chevaux arabes sont assez imprévus sous les arbres dénudés d'une route des Flandres. Mais Beerst est fortement occupé par les Allemands, et à peine la compagnie de Maussion de Candé arrive-t-elle à portée qu'elle est décimée. Sur sa droite se déploient les compagnies Pertus et Hébert. Celui-ci parvient à occuper une première ferme, et envoie ses lieutenants, l'enseigne de vaisseau de Blois et l'officier des équipages Fossey, s'emparer de maisons crénelées, d'où sort une fusillade des plus meurtrières. Nos hommes n'avancent que péniblement, en rampant dans la boue, et leurs pertes sont si lourdes qu'il faut remplacer le bataillon engagé par celui du commandant Pugliesi-Conti, opération dangereuse entre toutes, sous un feu pareil. On y parvient néanmoins, en même temps que le bataillon Kabot débouche de Vladsloo, et, à 5 heures du soir, le village de Beerst est occupé. Succès chèrement acheté! Deux cents tués, dont le lieutenant de vaisseau de Maussion de Candé, de tout premier ordre; l'enseigne de vaisseau Boussey et l'officier des équipages Fossey, deux héros. Parmi les blessés, les lieutenants de vaisseau Pertus, qui pleurait d'abandonner sa compagnie, de Roucy, Hébert, grand apôtre de la culture physique et fondateur de ce collège des athlètes de Reims qui a préparé tant de solides défenseurs de la patrie; les enseignes du Réau de La Graignonnière et de Blois, lequel, sous le pseudonyme d'Avesnes, a écrit des livres charmants que tout le monde a lus. Mais, à 6 heures, ordre de se replier sur Dixmude, qu'on traverse par une pluie battante, pour rentrer, vers minuit, dans les cantonnements de Saint-Jacques-Cappelle. Ce sont de véritables arches de Noé où les marins s'entassent pêle-mêle avec des artilleurs et des cavaliers, et leur premier soin est de préparer un peu de café chaud.

Bientôt, les Allemands mettent en batterie de l'artillerie lourde: 105, 150, 210 et jusqu'à du 280, pour se livrer à un bombardement intensif de Dixmude et des tranchées environnantes. L'Hôtel de Ville reçoit une des premières ces marmites », dont l'explosion tue 17 hommes et en blesse 26 autres. Le lieutenant de vaisseau Sérieyx fut le seul à en revenir. Projeté à terre par la secousse, il eutt en se relevant, la pénible surprise de voir le fourrier avec qui il parlait gisant à son côté, la moitié de la tête emportée; un autre, les yeux fixes, grands ouverts, avait un énorme morceau de fer planté dans le front; celui-ci retenait à deux mains sa cervelle, «elui-là qui criait: «Ma jambe! J'y suis!»... Visions d'horreur, mais auxquelles on s'endurcit assez vite. Après quoi, attaques renouvelées de jour" et de nuit, tranchées constamment prises et reprises, mais finissant toujours par nous rester. Combats furieux, dans lesquels nos matelots se ruaient comme à l'abordage, creusant chez l'ennemi de profonds sillons, malheureusement rebouchés presque aussitôt: ils étaient tellement plus nombreux! La baïonnette y jouait le rôle le plus important, et c'était à qui des «Jean-Le Gouin» - équivalent maritime du «poilu» - embrocherait le plus de Boches. Au vingtième, un Breton devint subitement fou furieux, tandis que l'arme d'un petit Parisien se brisait dans le ventre de son cinquième Wurtembergeois: «M....! - s'écria ce gavroche incorrigible - voilà que j'ai perdu mon épingle à chapeau!» Et prenant son fusil comme une massue, il continua de se battre. Ailleurs, un marin désarmé faisait le coup de poing contre trois Allemands. Des traits pareils, on en citerait jusqu'à demain. Et sortis de là, ils retrouvaient encore leur vieille gaieté française, témoin la chanson ci-dessous, rimée dans la tranchée, sur l'air: Auprès de ma blonde:

Sur les bords de l'Yser
Le plus moch' dans 'l'affaire,
Les marins ont tenu
C'est qu' l' vieux maît' commis
Les Allemands en arrière,
Etait loin sur l'arrière,
Si bien qu'ils n'ont pas pu
Et l' pinard avec lui!
Traverser la rivière et la flott' d' la rivière
Comme ils l'avaient convenu.
Charriait des corps pourris.
Su' l'bord de l'Yser-e
Su' l' bord de l' Yser-e
Contre Jean y s' sont butés,
Jean, qu' avait la pépie,
Et Jean, sans s'en faire,
Par les meurtrières
S' creusa des tranchées.
R'cueillait l'eau d' la pluie.

La pression des Allemands devenait de plus en plus écrasante. Le 22, ils réussirent à percer les lignes belges et à prendre pied sur la rive gauche de l'Yser, dans la boucle que celui-ci forme au Nord de Tervaete. Menacé d'être tourné, l'amiral envoie les deux bataillons Rabot et Jeanniot, pour enrayer l'infiltration et établir un front d'arrêt de ce côté. Vivement menée, l'affaire réussit, malheureusement au prix des sacrifices les plus pénibles. Tués: environ 100 hommes par compagnie, les lieutenants de vaisseau Cherdel, de Chauliae et Féfeu, les enseignes Sérieyx (cousin du lieutenant de vaisseau), Vigouroux, l'officier des équipages Hervé, qui tombe en criant à ses hommes: «Mes enfants, vengez-moi!», et Carrelet, ce dernier emporté à l'ambulance où il mourut "d'une mort héroïque et sainte».

Mais que deviendrait-on quand l'ennemi aurait établi des batteries qui nous prendraient à revers? C'est alors que le quartier général belge recourut au moyen suprême, consistant à submerger les terrains en contre-bas de la mer. Les écluses de Nieuport furent ouvertes et, de proche en proche, l'inondation se "tendit", semblable à une étoffe que l'on déploie très lentement. De rage, nos adversaires se rabattirent sur Dixmude, et ne laissèrent plus un instant de répit à la brigade, dont la tâche devenait de plus en plus lourde au fur et à mesure que ses forces allaient s'épuisant.

«Dimanche dernier, dans la nuit - écrit un de mes correspondants - comme nous venions d'être relevés, il a fallu retourner à la tranchée et repousser un terrible assaut. D... a été magnifique. Nous avons fait prisonniers un capitaine, un lieutenant et 200 hommes qui méritaient d'être fusillés, ayant été trouvés porteurs de balles dum-dum.»
Car les Allemands continuaient d'avoir recours aux moyens les plus déshonorants, surtout lorsqu'ils étaient employés par un major de la Garde, comme le Herr Graf von Pourtalès, qui criait, en excellent français: «Ne tirez pas, nous sommes des Belges!» Mais il fut démasqué par le «Wer da?» d'un de ses hommes, et abattu comme un chien par un de nos officiers qui cueillit sur lui des dépouilles opimes: «un beau sabre armorié et damasquiné, une paire de jumelles à prisme, un jeu complet des cartes de Belgique au 60.000e et une lampe électrique perfectionnée, le tout gluant de son sang, mais à la guerre il ne faut pas être trop difficile».

Dans la nuit du 25 au 26, se produisit une alerte encore inexpliquée. Une colonne ennemie, forte d'un demi-bataillon, trouva le moyen de s'introduire en ville, soit qu'elle ait réussi à se faufiler entre deux tranchées dont la défense était harassée, soit plus probablement par un souterrain aboutissant aux caves de certaines maisons suspectes. Refoulant tout devant eux, les Allemands parvinrent jusqu'au pont-route, où la sentinelle fut tuée. L'enseigne de vaisseau de Lambertye, qui veut, nouvel Horatius Coclès, leur barrer le chemin à lui tout seul, tombe percé de deux coups de baïonnette, - auxquels il échappa miraculeusement. Au bruit, tranchées et mitrailleuses de la rive gauche ouvrent le feu et couchent les trois quarts des assaillants par terre. Mais une centaine passent et continuent droit devant eux, tirant sur tout ce qu'ils rencontrent. C'est ainsi que sont fusillés à bout portant le médecin principal Duguet-Leffran (tué) et l'abbé Le Helloco, aumônier du 2e régiment (blessé). Un peu plus loin, ils surprennent et emmènent le capitaine de frégate Jeanniot, de repos cette nuit-là, qui sortait pour mettre en action la réserve du secteur. Puis les Allemands, avec quelques Belges et marins qu'ils ont ramassés chemin faisant, vont se raser derrière une haie, où ils sont découverts au petit matin et bientôt cernés. Avant de se rendre, ils eurent malheureusement le temps d'assassiner une partie de leurs prisonniers, dont le commandant Jeanniot. L'amiral fit exécuter séance tenante un certain nombre de ces misérables, en attendant que la gendarmerie eût établi le plus ou moins de responsabilité des autres. Et les officiers de la brigade, les rares qui survivent à l'enfer de Dixmude, se demandent toujours: si cette échauffourée n'était pas une répétition préparatoire à la surprise, du 10 novembre.

Depuis longtemps la ville n'est plus qu'un amas de briques et de moellons noircis par le feu, d'où s'échappent de lourdes fumerolles, comme d'un volcan mal éteint. Demeurent seuls debout quelques pignons veufs de leurs toitures, avec des châssis de fenêtres vides qui pendent lamentablement. D'immenses entonnoirs, creusés par les «marmites», coupent les rues: au fond de l'un d'entre eux, gît une charrette et son attelage. Blessé par deux balles de shrapnel, le lieutenant de vaisseau de'Meynard est porté dans une maison un peu plus épargnée que les autres, mais pendant que le docteur Lecœur achève son pansement, le tout dégringole dans la cave, et ce ne fut pas sans peine qu'on parvint à les en retirer tous deux. A un moment donné, nous manquons d'être enfoncés du côté du cimetière, où le lieutenant de vaisseau Martin des Pallières, après avoir repoussé plusieurs attaques d'une violence inouïe, est coupé en deux par un boulet. Le jour suivant, ce sera ailleurs qu'il faudra tenir bon, car les Allemands ne nous laissent pas une minute de répit, tournant autour de Dixmude comme une bande de chacals qui attendent l'heure de la curée. Des troupes fraîches, ils en amènent constamment et toujours, alors que, semblable à l'écueil qui s'émiette sous le refrain des vagues perpétuellement renouvelées, la brigade s'épuise, fond comme de la cire. Tant pis! On en sera quitte pour se dédoubler, par un prodige que va nous expliquer le quartier-maître-fourrier M... F..., déjà cité: « 3 heures après-midi. Je vous écris sous la tente de toile cirée et dans celle des événements, - mauvais calembour, sans doute, mais que les circonstances rendent presque sublime. La situation n'est pas brillante, et si je réchappe de ce coup-là, c'est que je suis «increvable». Nous nous battons depuis hier soir, et ne restons plus ici, dans ce coin de tranchée, que sept malheureux «Jean-Le Gouin», dans l'eau jusqu'au ventre, très gais quoique ça, fumant et «bouffant» comme quatre, tout en veillant à ne pas nous laisser cerner. Moi, pour me distraire, je note ce qui se passe. - 4 heures. Le reste de la compagnie est en tirailleurs sur notre gauche. J'envoie demander du renfort, mais le le «type» est tué. Je m'y glisse moi-même; on me promet de ne pas nous oublier, dès que la chose sera possible. - 4 h. 25. Nous ne sommes plus que deux, et les Boches arrivent en rampant. Pour donner l'illusion du nombre, nous prenons chacun deux fusils et tirons à toute vitesse, un fusil contre chaque, épaule, en courant derrière une haie. L'ennemi s'arrête et rebrousse chemin. Arrive une escouade de renfort, il était temps... Je ne sais plus exactement ce qui s'est passé ensuite, ayant dormi onze heures d'une traite: 35 hommes manquent à l'appel, mais nous avons fait 300 prisonniers et pris 5 mitrailleuses.»

On sent quand même que la fin approche. Les officiers en ont conscience et certains inscrivent à tout hasard des rencontres de camarades, dont chacune menace toujours d'être la dernière, «Notre aumônier passe (l'abbé Pouchard, du 1" régiment), venant des lignes avancées, infatigable malgré le surmenage. Un serrement de mains aussi à de Malherbe et à d'Albiat: nous sommes les trois seuls capitaines du régiment primitif! Puis je bavarde un quart d'heure avec ce brave de Montgolfier, aussi plein d'allant que jamais; nous ne nous reverrons plus...» Mais rien ne peut ébranler le moral de pareils hommes chez qui la mer a trempé les âmes à toute épreuve.

Ainsi, le même qui se livrait aux mélancoliques réflexions ci-dessus, continue par cette boutade: «Fait la connaissance de Grégoire, petit lieutenant d'artillerie belge, qui a la spécialité de bombarder les nids à mitrailleuses des Allemands. Il s'est mis en tête de démolir une grange occupée par l'ennemi, et vient s'installer dans la cour de la ferme où nous sommes en train de préparer le déjeuner. Nous prévoyons le résultat: la grange lui rira au nez, et dès qu'il aura déguerpi, son panier une fois vidé, c'est nous qui trinquerons de la réponse. Elle ne se fait pas attendre. Un premier obus tombe dans les étables et blesse un homme. Un second éborgne la maison. Hâtons le déjeuner, ce serait dommage de perdre nos belles pommes de terre si bien dorées. Vlan! et v'ian! Un obus dans le grenier, un autre devant la porte. Impossible de tenir. Je renvoie mes hommes aux tranchées et vais chercher mon plat. Mais un obus entre en même temps que moi dans la cuisine et renverse le cuisinier d'un éclat dans le dos. Mon ordonnance et moi le portons dans la cave, en attendant une accalmie qui permette de l'évacuer. Et nous filons nous terrer dans nos trous, sans, bien entendu, lâcher les frites, pendant que quatre ou cinq rafales pleuvent sur la case. Et tout cela, c'est la faute à Grégoire!»

Mais nous voici parvenus au dernier acte du drame. La nuit du 9 au 10 novembre avait été relativement calme, quand, au point du jour, le bombardement reprend avec une intensité qui n'a pas été atteinte jusque-là. Les coups se succèdent de seconde en seconde, s'abattant sur la ville, dans les tranchées, écrêtant les digues et fauchant les réserves. C'est le prélude de l'assaut final, et il dure toute la matinée. «11 heures. Les arbres du canal tombent l'un après l'autre. Deux de nos tranchées sont encore effondrées, sans qu'on puisse aller en retirer nos morts et nos blessés. Et cela continue!» marque le lieutenant de vaisseau Cantener, dont la 11e compagnie, nous l'avons vu, occupe le terrain compris entre ce canal de Handzaëme et la route de Keyem. C'est alors qu'un secteur voisin, sur la droite, mais que n'occupaient pas des matelots, se trouve brusquement débordé par le flot des Allemands qui montait toujours. «J'ai prévu le cas, - poursuit notre précieux témoin. L'officier des équipages Le Provost, avec sa section, court se poster contre la berge du canal de Handzaëme, d'où il les prendra en flanc. Oui, seulement eux aussi ont prévu, et parent. Avec uue précision mathématique, trois rafales d'obus se succèdent, tuant la moitié des hommes et dispersant le reste de la section. Enfin, notre tir à nous arrête les Allemands qui se replient en massacrant leurs prisonniers belges. Mais, de l'autre côté du canal, ils continuent à affluer vers la ville. Il faut faire face partout à la fois, et ça commence à ne plus être drôle du tout. En vain j'essaie de communiquer avec les compagnies déployées sur ma gauche (la 10e, capitaine Baudry, qui vient d'être tué, et la 9e, capitaine Béra). Tous les hommes de liaison tombent sans pouvpir franchir la route de Keyem. Que se passe-t-il derrière nous? On ne le devine que trop!»
De tous côtés, maisons, ruines et fossés se sont peu à peu remplis de Boches... 4 heures du soir. Voilà plus de vingt fois que je regarde ma montre. Ne recevant plus d'ordres de personne (le capitaine de frégate Rabot, commandant le secteur, est mort), j'avais décidé que si, par miracle, je pouvais tenir jusqu'à la nuit, j'essaierais de ramener à l'Yser le reste de ma compagnie et des voisines de gauche. Je n'ai plus qu'une quinzaine d'hommes autour de moi. Pourquoi l'ennemi ne nous cliarge-t-il pas? Incompréhensible! Un moment, il éclate tant d'obus autour de nous qjie nous avons la sensation d'être protégés des balles par ce déluge de mitraille... et nous entamons une boîte d'endaubage avec du chocolat comme dessert. Il est tout de même temps de déjeuner!»

Dans l'intervalle, les Allemands ont tourné les débris de la 12e compagnie qui ne compte plus que quelques fusils en ligne et les font prisonniers, ainsi que le capitaine Sérieyx, adjudant-major du bataillon: Ils les entraînent vers la rivière à laquelle ils cherchent un passage.

Mais suivant leur lâche habitude ce sera en les plaçant devant eux, comme boucliers, contre le tir des tranchées que masque la rive gauche de l'Yser. «Dites-leur de se rendre», enjoint un officier au capitaine Sérieyx. «Vous plaisantez, répond celui-ci avec le plus grand sang-froid, nous avons là au moins 10.000 hommes! » A cet instant, une balle lui traverse le bras, ce dont il profite pour tomber à terre, exprès. Il a vu que des marins, en réserve de l'autre côté du canal, ont pris une passerelle volante qui demeure cachée aux Allemands et arrivent à leur secours. Sur un signe de lui, ses hommes se laissent rouler du haut en bas du talus et, tous ensemble, franchissent l'Yser glacé à la nage, - le capitaine Sérieyx malgré son bras cassé. Ils étaient sauvés!

Revenons maintenant à ceux que nous avons abandonnés tout à l'heure. Ils se trouvaient au milieu des circonstances les plus critiques, et le même journal que précédemment va nous montrer comment ils en sont sortis à leur honneur. «Enfin, voici la nuit. En nous faufilant, nous parvenons à traverser la route de Keyem. Je recueille en passant ce qui reste des compagnies 9 et 10. Dévisse réussit à remettre en action une mitrailleuse belge. Quelques salves bien envoyées arrêtent les Allemands trop entreprenants du côté Nord, et une pointe poussée vers la ville par une demi-section intimide ceux du Sud. Ils doivent nous croire bien pris et veulent sans doute se masser avant d'enlever nos tranchées. Nous formons un petit carré de protection et allons ramasser ce que nous pouvons de nos blessés. En silence nous partons. Ciel couvert, pas de lune. Au loin, une ferme qui brûle assure à peu près notre direction. Pendant cinq mortelles heures nous nous glissons par les marais. On s'embourbe dans les ruisseaux vaseux où l'on risque à tout moment de s'enliser. Mais nous avons la chance de n'essuyer que quelques coups de fusil auxquels nous nous gardons bien de répondre, afin de ne pas nous signaler. On se servira de la baïonnette seulement si nous sommes attaqués... Nous arrivons enfin à l'Yser. O bonheur! la passerelle volante y est encore, à 200 mètres du pont-route où la bataille fait rage. On nous reconnaît; nous passons.»
C'étaient 481 hommes, ralliés un peu partout, que le lieutenant de vaisseau Cantener ramenait, avec leurs armes et équipements presque complets, contre toute espérance, ayant accompli une retraite aussi pénible que glorieuse. Et quelle littérature vaudra jamais son simple et émouvant récit?

Dans Dixmude même, les actes d'héroïsme sont innombrables. Mais ils ne peuvent aboutir à la conservation de la ville que l'amiral se décide à évacuer, pour se mettre en mesure d'arrêter l'ennemi sur l'Yser même. On fait sauter les ponts (le pont-route et celui du chemin de fer) et, à 5 heures, les ruines de ce qui fut Dixmude restent en pouvoir des Allemands. Maigre conquête, au regard de leurs colossales hécatombes! Quoique beaucoup moins important, le nombre de nos,tués et blessés était encore assez élevé. Parmi les premiers, le capitaine de frégate Rabot, les lieutenants de vaisseau Baudry, Kirsch, d'Albiat, Modet, Gouin et Lucas, les enseignes de Montgolfier - qui mourut «heureux, dit-il, de donner sa vie pour la France» - de Lorgeril, de Nanteuil, le médecin principal Lecœur. Au nombre des seconds, le capitaine de vaisseau Varney (il commande aujourd'hui le Henri-IV devant les Dardanelles), le lieutenant de vaisseau Sérieyx, les enseignes Melchior, Kez-Lombardie, les officiers des équipages Paul et Charrier. Saluons très bas.

Le même soir arrivaient des renforts, malheureusement trop tard. il ne restait plus qu'à s'organiser derrière la banquette de la rivière dont nous fîmes un obstacle infranchissable. Pendant six jours et six nuits, les Allemands essayèrent de passer à n'importe quel prix, saris autre résultat d'ailleurs que d'aggraver considérablement leurs pertes. Tels les sauvages, cruels et voleurs, que ceux de la vieille marine, comme moi, ont encore connus en Malaisie. Avec la même rage impuissante, ils s'acharnaient à l'escalade du navire en relâche dans leurs îles, animés par l'espoir de massacrer l'équipage et de faire main basse sur ses richesses. Et ce navire, la berge de l'Yser le rappelait un peu, couronnée qu'elle était de matelas pare-balles qui évoquaient le souvenir des bastingages à hamacs d'autrefois, et garnie de défenseurs en bérets à pompons rouges. Mais la brigade navale était épuisée. Il devenait absolument nécessaire de l'envoyer se reformer quelque part, et, le ltî novembre, une division territoriale se présenta pour relever l'amiral Ronarc'h et ses « Jean-Le Gouin » de leur « quart » de vingt-six jours sur l'Yser.

Au repos, ils n'y demeurèrent pas longtemps. A peine complétés, on les revit sur le front, et, bien entendu, aux endroits où ça chauffait le plus fort. Raconter leurs derniers combats est actuellement impossible, il faut attendre la fin des opérations auxquelles ils participent. Disons seulement qu'ils sont toujours en Belgique, pas loin de la mer. Le hasard les a même fait rencontrer avec les fusiliers de la marine allemande, qu'ils ont eu la satisfaction de battre copieusement.

Un autre jour, donc, j'achèverai de nouer en gerbe les lauriers de nos marins. Ne pouvant plus, hélas! marcher avec eux, c'est encore un peu les suivre que d'enregistrer pieusement les hauts faits de mes anciens camarades.

Emile Vedel

Une expo à ne pas rater...

En août et septembre, retrouvez les peintures de Gérard Deligny à Calais...


Exposition à la Galerie "Atout coeur", 38, rue Royale, 62 100 CALAIS (03 21 96 53 03)

jeudi 14 août 2008

pouvoir d'achat...


Vu dans une vitrine lilloise, dépassant d'un panneau annonçant les dernières démarques, un simple mannequin... et de s'étonner de ce que l'on offre à la vente. D'un côté, c'est vrai que les mômes, ça se salit vite et puis, graidissant, ça use les vêtements plus vite que leur ombre... mais bon, ça fleure bon la baisse drastique du pouvoir d'achat ... et ce n'est pazs prêt de s'arrêter avec la hausse du prix des matières premières, parès tout, le plastique, ça vient bien du pétrole, non?

Vive la révolution... sexuelle

Au cours de discussions impromptues, l'on est parfois surpris des choses qui reviennent en mémoire.


Les souvenirs ou les remarques sur le monde qui vous assaille sont parfois étranges.

Aujourd'hui, où que l'on regarde, quel que soit le film que l'on voit, quelle que soit la revue, impossible d'éviter le sexe, aussi petit soit-il... Non pas que je m'en plaigne mais c'est assez amusant de voir combien notre société s'est sexuée ces dernières années. Il est loin le temps où le comble de l'érotisme était de dévoiler une cheville, rares sont les scandales comme celui que provoqua "le dernier tango à Paris", notamment la rencontre inopinée d'une motte de beurre et de l'aolrs divine Maria Schneider. Le sexe s'est décomplexé (on ne dira pas développé, les mauvaises langues auront vite fait de reprocher la sémantique) et il occupe une place non négligeable dans les esprits (comme s'il n' avait que là qu'il pouvait se loger)!

Pourtant, nous aurions tort de faire la fine bouche car la libération sexuelle ne date pas des "foires du sexe" organisées dans les pays scandinaves dans les années 70 et encore moins du développement des salons érotiques des quinze dernières années où la moindre starlette des films X vient faire sa promotion à "bâtons rompus"... Je vais donner aux contempteurs de l'Ordre moral des verges (ouhlalala) pour me battre mais il faut convenir que les historiens se sont assez peu penchés sur le sujet... et quand je dis "penché", je mesure les mots.


Il faut le dire, la France est le berceau des libertés, la révolution de 1789 fournit les fonts baptismaux.

La vie sexuelle durant le Moyen-âge et l'Ancien régime était, il faut en convenir bien monotone. Des interdits, on en trouve alors à la pelle !
Car enfin, l'Eglise, puissance morale et politique, mélangeant avec allégresse spirituel et temporel, bannissait le sexe de ses discours (et ce malgré les actes souvent loin du propos de certains de ses cadres, du moine au pape qui, à l'instar de Borgia, menait des curieuses "sauteries" au Vatican). Il se référait à l'ordre divin, quand chassant Adam et Eve du Jardin d'Eden, voulait que la femme accouchât dans la douleur, que l'homme gagnât son sel à la sueur de son front, complétant la malédiction du pêché originel par l'invective "croissez et multipliez, emplissez la terre et dominez la!". On était parti bien vite pour des siècles de culpabilisation (et encore, Adam et Eve, seul couple, donna naissance à des multitudes certes mais ne fut-ce pas au prix de l'inceste puisqu'au départ... ils n'étaient que deux !)... Enfin bref, l'on nous dit qu'il n'est là que symboles, on demande à voir... Tout acte sexuel est donc banni, même l'onanisme... régime sexe, pardon sec à tous les étages...

Ainsi, l'on ne peut avoir de relations que pour croître, se multiplier et accessoirement, dominer la terre... Remarquez bien au passage que la femme doit en même temps expier les fautes de sa lointaine ancêtre Eve en souffrant pendant sa délivrance !

Or donc, pendant longtemps, le sexe n'a vait qu'un but "utilitaire" : perpétuer la famille dans le respect des ordres divins.

Hors du mariage donc... point de salut ! Mais avant le mariage, il y a les fiançailles et là, pas moyen de faire quoique ce soit, il faut que l'union soit bênie, donc on se retient, on se retient tant et si bien, d'ailleurs, que l'on apprend déjà la patience car les fiançailles peuvent durer plusieurs mois.

Vient le mariage. Passe encore sur la nuit de noces (chez les rois, elle est publique), sur l'exhibition des draps à la fenêtre le lendemain, puisqu'il faut prouver la virginité de l'épouse sans quoi le mariage peut être invalidé (tiens, ça rappelle quelque chose)... Il faut assumer le quotidien ! Déjà, et la nature est imparfaite, les femmes sont indisposées et indisponibles quelques jours par mois (avec un cycle de 28 jours, d'ailleurs on dit à cause de cela que les femmes sont lunatiques !), on a le droit aux grandes marées... J'éviterai les blagues du genre "elle repeint le couleur en rouge" ou "les Anglais débarquent", les connaisseurs apprévieront mais l'on notera tout de même que lorsque le drapeau rouge est levé, la baignade est interdite. Or l'Ancien testament dit que la femme, ainsi "souillée" ne peut dormir avec le mari, et certains textes disent même qu'elle ne peut coucher en la maison... Evidemment, vu comme ça, pas moyen de se rapprocher!

Mais nous sommes dans une civilisation judéo-chrétienne avec de nombreux interdits ! Et des jours sans, il y en a forcément ! Déjà, pas pendant le carême... Quarante jours sans viande, quelle qu'en soit la forme (et l'on s'étonne de la débauche de Mardi Gras !)... Quarante jours de mortification, de privation, ça forge le caractère. oui mais il y a aussi les fêtes carillonnées et là, paf, pas moyen non plus, puis la fête du saint de la paroisse, du protecteur de la cité, du saint patron du corps de métier, et puis on a aussi 52 dimanches dans l'année, autant de vendredi où l'on remémore la passion du Christ (et l'on se prive en même temps puisqu'à table, c'est poisson obligatoire...). Vous comptez bien, comme pour les fuées, la fenêtre de tir se réduit sacrément !

Mais ce n'est pas tout... malheureusement !
Dans l'optique du mariage, on fait des enfants et là, comme dans l'artillerie, le coup a porté (si l'on peut user du terme). Pas question de s'amuser avec Madame! Rien à faire, on a pas le droit pendant la grossesse ! Parce que d'abord on a peur d'entamer une deuxième grossesse et de ne plus savoir lequel est l'aîné (immaginez le drame des naissances gémellaires, le premier sorti est le dernier conçu donc le cadet, enfin si ça se passe bien)... enduite parce que l'on craint de faire du mal à l'enfant (présomptueux et vantard, diriez vous? Et bien non, car c'est une question encore très souvent posée aux gynécologues et autres obstétriciens aujourd'hui encore)... Et c'est parti pour NEUF mois de ceinture ! Et pas la peine de penser à se satisfaire soi-même dans un coin, c'est improductif, donc interdit... Combien de générations n'ont d'ailleurs pas été (et sont encore) traumatisées par les menaces de nombreuses tares et handicaps nés des pratiques solitaires (les Jesuites avaient d'ailleurs en leur temps inventé des planchettes pour les garçons, où, mains liées, ils ne pouvaient les glisser sous les draps)... Rappelez vous quand l'on vous disait que cela rendait sour ou aveugle (et que l'acné disparaitrait en même temps dès le premier rapport sexuel, faisait rêver les adolescents boutonneux de mariages rapides à défaut d'être heureux)!

Mais si encore une fois faîtes les relevailles... La femme ne reste pas longtemps en couche, il faut bien travailler. Le plus malin se dirait "allons'y gaiement" ... et bien que nenni; non, non et non... Car il faut allaiter le chérubin et là non plus, pas le droit ! Car le mouvement somme toute bien connu et bien simple imprimé pendant l'acte, pourrait faire tourner le lait, à l'image des barattes à beurre ! Cela vous fait rire ? Tant mieux, car dans certaines campagnes, l'on peut allaiter jusqu'à l'âge de trois ans... et encore, quand la mère, profitant de sa propre lactation, doit jouer le rôle de nourrice... et là, pour le mari, ça peut être très long, mais alors, très très long !

Cette fois, le salut viendra des Armées. Car tout au long de l'Ancien régime, il n'y a pas de Train des Equipages pour assurer l'Intendance. Les troupes vivent sur le terrain, et sont entourées d'une nuée de petits métiers: vendeurs de fourrage pour les cavaliers, tailleurs, bottiers, cordonniers, marchands de vins, rotisseurs...etc. ... et des prostituées qui, tabous obligent, ne peuvent se permettre de tomber enceinte (là ça fait mal) car si elles doivent déplorer une occupation de leur "fond de commerce", autant qu'elles disent adieur à leur clientèle... Naissent alors les "funestes secrets" qui se chuchotent à l'ombre des confessionnaux : le coït interrompu ! On saute en marche et on espère ne pas laisser de souvenir derrière soi ! Bien évidemment, la soldatesque qui a goûté à ces plaisirs défendus les ramènent à la maison, bien conscients que l'on peut aussi utiliser ses mâles attributs pour en tirer quelque plaisir... Ca fait tâche... d'huile. Et puis, la mode du libertinage s'en mêle, colportée par quelques écrivains et autres philosophes. Plus par peur du mal de Naples (la syphyllis) que par la crainte de semer quelques batards, les préservatifs commencent à circuler. Il suffit de se reporter aux mémoires du Prince de Ligne pour découvrir une hilarante scène de test prophylactique pour se convaincre que les médecins mettaient du coeur à l'ouvrage (et pas que du coeur me diriez vous!).

Condamnation immédiate de l'Eglise qui voit lentement s'échapper son magistère moral. Ainsi, l'on va lentement mais surement vers le déni de l'ordre divin... La relation sexuelle ne va lus nécessairement déboucher sur une procréation, on commence à avoir réellement conscience du plaisir que l'on peut en tirer. Alors, surement inconsciemment, l'on conteste l'ordre de Dieu, donc l'ordre du monde ! Ah... contester l'ordre du monde, les trois ordres qui régissent la société, la façon dont elle s'est constituée... et donc pourquoi ne pas finalement contester le roi. Les racines de la Révolution française ne plongent pas dans les écrits des philosophes des Lumières (d'ailleurs ce sont souvent d'hooribles libertins) mais dans le lit du peuple!

Sujet honteux dont on coda longtemps les termes pour ne pas choquer les dames... Les français cherchant des "capotes anglaises", ces fameux longs manteaux protecteurs, et les Anglais s'envoyant des "French Letters", termes O combien chastes nés dans les Tranchées de la Grande Guerre !

Le developpement de la photo, puis du cinéma entâma une lente libéralisation des moeurs... et que dire de la naissance du minitel en France comme d'Internet qui mit des années à sortir du ghetto de la recherche scientifique mais qui s'est largement rattrappé depuis (tapez sexe sur un moteur de recherche par curiosité et voyez le nombre de pages proposées)...

Finalement, la révolution ça a eu du bon... et malgré des errements (d'autres diraient des tatônnements) et des déviances, l'on ne vit finalement pas si mal depuis que l'on peut user et abuser de la chose... Alors quand vous lirez des ouvrages historiques sur le Moyen-âge et l'Ancien régime, ayez une pensée émue pour vos prédécesseurs qui n'avaient pas tant de liberté... Mai 68 portait le slogan "jouissons sans entrâves" et finalement, le mot d'ordre eut du bon ...

samedi 9 août 2008


Et Notre-Dame de la Treille veille sur les fidèles qui pénètrent dans la cathédrale lilloise.

Comme le Christ en Flandre


Le Nord, terre de Fortifications.


Julien Dépret offre au fil des pages de son dernier ouvrage un propos plaisant et fort instructif. C'est que la tâche à laquelle il s'est attelé est énorme: démontrer que le Nord est une terre qui a toujours été l'objet d'un soin attentif des poliorcètes et de battre en brèche les idées reçues fort nombreuses en ce domaine.
L'ouvrage se lit agréablement et est agrémenté de très nombreuses illustrations qui ramènent à une problèmatique simple; si le Nord a été fortifié dès les Celtes, c'est que la population devait se prémunir de nombreux dangers, des aléas politiques et économiques et devait subir guerres et invasions parce que placée sur un vaste couloir d'invasions.
Après l'année Vauban, il importait donc de remettre en place un décor souvent occulté ou oublié. Il y avait des fortifications avant les Romains, ces derniers ont bati des encientes avant la mise en place des grandes principautés et les villes comme les châteaux faisaient partie du paysage bien avant l'arrivée de Vauban. Quoi de plus naturel dans une région frontalière tant convoitée qui changea souvent de souveraineté.
La guerre évoluant au grè des nouvelles tactiques comme de l'apparition de nouvelles armes, les grandes enceintes bastionnées laissèrent la place aux forts de Séré de Rivières puis aux ouvrages Blum et Maginot.
L'on pourra donc autant profiter de l'ouvrage dans un bon fauteuil qu'en l'emmenant avec soi lors de grandes promenades.
A acquérir d'urgence donc autant pour le propos didactique que pour les photos et plans très clairs...
Juline dépret "Le Nord, terre de fortifications, Flandre, Artois, hainaut, Picardie"
collection Passé Simple, éditions Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2008, 224 pages
ISBN 978-2-84910-801-7
Pour tout renseignement complémentaires, vous pouvez joindre l'auteur à l'adresse julien.depret@free.fr

vendredi 8 août 2008

Cercueils sous la mer…

Dès la fin décembre 1914, les Allemands s’emploient à miner l’approche du port à l’aide de sous-marins spécialisés comme à donner la chasse aux navires alliés. Le premier navire ainsi envoyé par le fond au large de Gravelines est le porte-hydravions anglais Hermès le 25 octobre 1914. En réponse, les Alliés équipent des chalutiers de canons, naviguant de conserve à six, suivis par des dragueurs de mines. Leur tâche est ardue car il faut aussi récupérer les mines alliées qui ont rompu leurs amarres. Durant toute la guerre, c’est près de 3.000 mines de toutes origines qui a fallu détruire, en plus de celles qui se sont échouées sur les plages. Grâce à ces marins, le port a pu assurer malgré tout 24.500 entrées et sorties de navires pendant tout le conflit.

La guerre sous-marine est terrible et certains combats sont dignes des annales militaires. Le 4 mars 1915, la Dover Patrol, composée de navires anglais et français, coule le U-8 entre les bancs du Sandettié et du Ruytingen. Touché et immobilisé, l’équipage de 29 hommes se rend alors que le submersible sombre. On refuse de les traiter d’abord tels des prisonniers de guerre tant la colère contre leurs actes est grande. Devant l’efficacité des patrouilleurs, les Allemands décident vite de faire accompagner les sorties de leurs sous-marins par des hydravions et redoublent d’ardeur pour poser sans cesse plus de mines.


Quand la guigne s’en mêle !

L’U-C-5, sous les ordres de Mohrbutter, quitte Zeebrugge le lundi de Pâques (24 avril) 1916. L’arrivée de deux destroyers le force à retourner au port. Il attend le lendemain pour tomber sur un cadeau anglais : un barrage de filets armés de grenades. Second retour au port ! Ce n’est que le mercredi qu’il gagne « enfin » la mer mais endommagé par les filets, il s’échoue sur le fond. Aucune raison que ça s’améliore ! Obligé de lâcher ses plombs de sécurité pour remonter, il s’échoue à nouveau à la mer baissante. Avant qu’elle ne remonte, un destroyer arrive. Le commandant ordonne de saborder le navire et fait évacuer ses hommes que les Alliés récupèrent mais les charges ne fonctionnent pas ! Le submersible tombe entre les mains des Alliés qui le placent en cale sèche en Angleterre.

Le 9 mai 1916, l’U-C-26, de retour d’une campagne de minage devant Le Havre et Cherbourg, navigue en surface entre les bancs Sandettié et Ruytingen où il fait subitement face à trois destroyers anglais. Plongeant en catastrophe, le destroyer Milne éperonne le kiosque encore émergé. Eventré, le sous-marin coule à pic et heurte le fond à 50 mètres de profondeur. Après moult manœuvres désespérées, des marins s’en extraient mais les premiers, remontant trop vite, sont victimes de la décompression. D’autres, plus chanceux, finissent la guerre dans un camp.

L’U-C-63, quant à lui, rentre à Zeebrugge dans la nuit du 1er novembre 1917. Tout d’un coup, il se retrouve face au sous-marin anglais E-52 qui manœuvre pour pointer son tube lance-torpilles sur lui. Les Anglais sont les plus rapides : le navire allemand coule immédiatement.

Destins tragiques
L’U-48 est un sous-marin impressionnant par sa taille et son armement qui n’a besoin que de 90 secondes pour opérer une immersion périscopique. Il peut plonger à 90 mètres. Le 23 novembre 1917, il est attaqué au large de Dunkerque par un hydravion. Secoué par les grenades, il se pose au fond pour attendre la nuit mais en repartant, il s’échoue à pleine vitesse sur un banc. Au petit matin, les patrouilleurs le trouvent et ouvrent le feu sans qu’il puisse répliquer, ayant jeté ses obus pour s’alléger en tentant de repartir. Le commandant décide alors de saborder le navire.

Reste à évoquer le destin tragique de l’U-B-55. Le 21 avril 1918, le sous-marin allemand sort de Zeebrugge et discrètement gagne la Manche en plongée. D’un coup, les hommes ont l’impression d’être pris dans un filet. Des explosions retentissent. Le navire commence à couler par l’arrière et s’échoue par 25 mètres de fond envahi par l’eau et les vapeurs des batteries. Se voyant perdus, nombre de marins se suicident alors que d’autres tentent malgré tout de sortir mais la décompression ne leur offre qu’une mort atroce. Seuls six hommes sont recueillis par le patrouilleur Malte.

Et encore, ne sont-ce là qu’une faible partie de toutes les pertes, allemandes ou alliées devant Dunkerque dont la rade est un vaste cimetière, deux guerres et fortunes de mer obligent… (Au fait, comme tout le monde ne peut pas plonger sur les épaves à Dunkerque : autant visiter le site http://dkepaves.free.fr/.)

mercredi 6 août 2008

tu sais poukoi t de dunkerque !!!!!!!!

Et comme disait la Mere Denis "c'est ben vrai çà !"

1/ Pour toi, Janvier, Février, Mars est la meilleure période de l'année
2/ Tu sais ce qu'est un wish, mais que c'est toujours délicat de l'expliquer à quelqu'un qui ne connais pas
3/ Tu trouve ça normal de jeter du poisson sur une foule en délire
4/ T'es fier d'avoir vu un morceau de ta plage dans Bienvenue chez les ch'tis
5/ Tu connais l'histoire de la tour du menteur
6/ T'es offusqué de rencontrer encore à notre époque, des personnes qui ne connaissent pas Jean Bart
7/ Des noms de ville comme Herzeele, Armbouts-Cappel ou Téteghem ne te font plus peur
8/ T'as déjà été au moins une fois à La Panne pour faire un tour de voiture à pédales
9/ Tu connais exactement l'emplacement de chaque bar sur la digue
10/ Tu t'es habitué à la température de la Mer du Nord
11/ Tu t'es habitué aux usines et au port lorsque tu te baignes l'été
12/ Tu sais que personne, en dehors du Nord-Pas-De-Calais, n'imagine qu'il est possible de se baigner à Dunkerque
13/ Tu dis haut et fort que tu prête gentiment ta plage aux Lillois l'été
14/ Tu sais qu'il est possible d'appeler une discothèque 'Le Kreul'hoeck'
15/ Tu connais par coeur l'A25
16/ Tu cries haut et fort que tu es Flamand et pas Ch'ti
17/ T'as du vent ou de la pluie, parfois les deux, un peu plus de 300 jours par an
18/ Tu sais qu'à St Pol, on lève son col
19/ Tu sais exactement où est caché le radar sur l'A16
20/ Tu trouves que l'Islande c'est quand même vachement loin pour du poisson
21/ Pour toi on doit écrire le mot 'Les Prout' avec une majuscule ET SANS S !
22/ Tu te repères plutôt bien dans les petites rues de Malo
23/ T'as beaucoup plus d'oncles et de tantes que la moyenne
24/ Tu sais ce que c'est le Potschevlesh
25/ Tu sais que le Roi de la Moule, ce n'est rien d'autre qu'un bon restaurant
26/ Tu connais au moins une personne dont le nom commence par 'Van'
27/ Tu préfères être dunkerquois que calaisien ou boulonnais
28/ T'as déjà fait de l'optimiste, du char à voile, du kite-surf, de la planche à voile, du catamaran, du dériveur... Ou de la pêche au moins une fois dans ta vie
29/ Il y a toujours très peu de monde dans le train quand t'arrives à Dunkerque, parce que c'est quand même le terminus
30/ Tu ne sens plus l'odeur de la pollution, surtout si t'habites Fort-Mardyck

mardi 5 août 2008

miracle technologique

Bluffant, non?